PARTIE IV : PRISE DE CONSCIENCE DE L'INCONSCIENCE COLLECTIVE

Prendre conscience de l'inconscience collective au travers un désir libre de tous préjugés, au travers de la curiosité saine que j'ai pour l'autre. L'autre n'est pas disponible en tant qu'autre singulier. Il a des considérations d'une autre nature qui sont liées à son appartenance à l'inconscience collective. Avancer dans la connaissance de moi même ne se délègue pas : Imaginer, se projeter, fantasmer, réfléchir depuis les contenus issus de mon expérience empirique par le biais d'un regard libre de tous préjugés. (Connaissance de soi) I EN TANT QU'ÊTRE SINGULIER JE N'AI PAS PRÉJUGÉ DE QUI JE SUIS, JE SUIS DANS LA JUSTE IGNORANCE DE MOI MÊME. II LA CONNAISSANCE DE CELUI QUE JE SUIS SINGULIÈREMENT, CONNAISSANCE SINGULIÈRE DE SOI , S'OBTIENT AU TRAVERS DE L'EXPÉRIENCE EMPIRIQUE DEPUIS UN REGARD DÉFAIT DE TOUS PRÉJUGÉS. C'est bien parce que je n'ai pas préjugé de celui que je suis que j'ai le désir f

PARTIE II : LE RAPPORT AVEC L'AUTRE, AVEC MOI MÊME AINSI QU'AVEC MON ENVIRONNEMENT.

(Dans l'acceptation de l'ignorance de celui que je suis, je trouve une saine curiosité pour l'autre, pour mon environnement, je me découvre à travers ces deux aspects.)

I NE PAS ME RECONNAÎTRE DANS LES IDENTITÉS GRÉGAIRES, NE PAS AINSI PRÉJUGER DE CELUI QUE JE SUIS ME REND NATURELLEMENT ET SAINEMENT CURIEUX DE MOI MÊME, DE L'AUTRE, ET DE MON MICROCOSME.

II COMME JE NE PRÉJUGE PAS DE L'AUTRE, QUE JE NE L'ENFERME PAS DANS SON APPARENCE, SON MILIEU (ETC) JE NOURRIS UNE CURIOSITÉ NATURELLE POUR L'AUTRE PUISQUE J'ACCEPTE DE NE PAS SAVOIR PAR AVANCE QUI IL EST.

III COMME J'AI UNE CURIOSITÉ POUR L'AUTRE, QUE JE NE PRÉJUGE PAS DE CE QU'IL EST, J'ACCÈDE À SON ENVIRONNEMENT, À SA SITUATION CONCRÈTE. PAR LÀ JE ME METS PLUS FACILEMENT À SA PLACE. JE COMPRENDS CE QU'IL PEUT RESSENTIR, JE SUIS DONC MOINS ENCLIN À LE JUGER.

IV JE COMPRENDS QUE LA CURIOSITÉ DE L'AUTRE, DE MON MICROCOSME EST EN RÉALITÉ LA RÉPONSE À LA CURIOSITÉ QUE J'AI DE MOI MÊME, À L'IGNORANCE DE CELUI QUE JE SUIS.

V "QUI SUIS JE ?" EST LA CONSÉQUENCE CONSTITUTIVE DU REJET DE PRÉJUGER DE CELUI QUE JE SUIS. "QUI SUIS JE ?" EST LA FORMULATION D'UN MANQUE.


VI « QUI SUIS JE ? » ME DONNE LE DÉSIR, LA VOLONTÉ DE ME DÉCOUVRIR, DE FAIRE EXPÉRIENCE DANS UNE CURIOSITÉ SALUBRE ET SALUTAIRE EN DEHORS DE TOUTES IDÉES PRÉCONÇUES.
 

VII « QUI SUIS JE ? » M'OUVRE À LA DÉCOUVERTE DE MON IDIOSYNCRASIE.


VIII COMME J'AI UNE CURIOSITÉ POUR MOI MÊME, POUR CELUI QUE JE SUIS SINGULIÈREMENT JE VAIS CHERCHER MES GOÛTS, MES PENCHANTS, MES PRÉFÉRENCES EN DEHORS DE CONSIDÉRATIONS EXTÉRIEURES. PAR LÀ JE ME DISTANCIE DES DÉTERMINISMES SOCIAUX.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

PARTIE I : JE SUIS UN ÊTRE SINGULIER, UNIQUE.

A QUI APPARTIENT L'ENFANT ? 7. A L'AMOUR PARENTAL DÉSINTÉRESSÉ, UN AMOUR SANS ÉQUIVALENT.